Palme d'or pour "The Square" de Ruben Östlund !

Palme d'or pour ©JACOVIDES-BORDE-MOREAU, BestImage
A lire aussi

Christian Pambrun, publié le 28 mai

Clap de fin ce dimanche pour un 70e Festival de Cannes riche en émotions ! C'est "The Square" de Ruben Östlund qui a remporté la Palme d'or au terme d'une soirée de clôture pleine de surprises et habilement orchestrée par la sublime Monica Bellucci.

" Grâce au cinéma, on peut mieux se comprendre, se pardonner, et pourquoi pas, s'aimer ", a déclaré la maîtresse de cérémonie dans son discours d'ouverture. Sandrine Kiberlain a ensuite ouvert le palmarès en remettant la Caméra d'or, qui récompense le meilleur premier film, à une Léonor Serraille très émue pour "Jeune Femme". C'est Uma Thurman et Cristian Mungiu qui ont remis la Palme d'or du court-métrage à Qiu Yang, visiblement très surpris, pour "Xiao Cheng Er Yue", avant que le jury, dirigé par Pedro Almodovar, ne monte sur scène au grand complet.

Un palmarès placé sous le signe de l'émotion

Après un rappel des moments forts de cette 70e édition et un interlude musical signé Benjamin Biolay, le Prix du scénario a été remis ex-aequo à Yorgos Lanthimos pour "Mise à mort du cerf sacré" et Lynn Ramsay pour "You were never really here". Guillaume Gallienne a remis le Prix du jury à "Loveless", d'Andreï Zviaguintsev qui semblait ravi de voir Will Smith en chair et en os. Grand moment d'émotion ensuite pour Diane Kruger qui a remporté le Prix d'interprétation féminine pour son rôle dans "In the fade", et qui a eu un mot pour les victimes du terrorisme.

La deuxième victoire de la soirée est ensuite arrivée pour "You were never really here" avec le Prix d'interprétation masculine décerné à Joaquin Phoenix . Sofia Coppola n'était pas présente pour récupérer son Prix de la mise en scène pour "Les proies", mais Robin Campillo était bien là pour recevoir le Grand Prix du jury ainsi qu'une standing ovation du Palais des Festivals, pour "120 battements par minute". Will Smith, plein d'humour, a ensuite pris la parole pour remettre un Prix spécial du 70e anniversaire du Festival à Nicole Kidman, qui n'était pas présente.Pedro Almodovar et Juliette Binoche ont décerné le prix ultime pour "The Square" au réalisateur suédois Ruben Östlund, qui était ravi et qui a demandé à tout le public de lancer un cri de joie !

Retrouvez ci-dessous le palmarès complet :

Palme d'Or : Ruben Östlund - "The Square"

Prix spécial du 70e anniversaire du Festival : Nicole Kidman

Grand Prix du jury : "120 battements par minute" - Robin Campillo

Prix du Jury : "Loveless" d'Andreï Zviaguintsev

Prix de la mise en scène : "Les Proies" - Sofia Coppola

Prix du scénario : Yorgos Lanthimos pour "Mise à mort du cerf sacré" et Lynn Ramsay pour "You were never really here"

Prix d'interprétation féminine :Diane Kruger, pour son rôle dans "In the fade"

Prix d'interprétation masculine : Joaquin Phoenix, pour son rôle dans "You were never really here".

Caméra d'Or : "Jeune Femme" de Léonor Serraille

Palme d'Or du court-métrage : "Xiao Cheng Er Yue" de Qiu Yang

 
9 commentaires - Palme d'or pour "The Square" de Ruben Östlund !
  • avatar
    charov -

    Un film sur les rapports de classes nous dit-on.

    Espérons qu'il en dise autant sur le sujet que " La Méprise " de Alan Bridges ou " Le Messager " de Joseph Losey. On a évité le nième film violent accompagné d' une bande sonore assourdissante. Le cinéma, nous dit-on n' est que le reflet du monde réel, or la violence a diminué de 99 % au cours de plusieurs siècles au point qu 'aujourd'hui , lorsqu'elle advient nous la trouvons traumatisante et nous la marginalisons dans la rubrique " fait divers ". La violence montrée dans les films aujourd'hui est ,paradoxalement, plus importante dans cette période de recul de la violence dans la société que dans la période où elle était à un niveau plus élevé et où on la traitait , dans les premiers films noirs, sans l' esthétiser d' une manière complaisante à grand renfort d' hémoglobine.

  • avatar
    dersou -

    Pas un mot de compassion parmi tous ces "humanistes" pour le film " alinea 3 " qui montre la vraie face d' une corrida: le martyre d' un taureau.
    Ce film qui est en fait un reportage live a été diffusé et suivi d' un débat dans un hôtel de Cannes, pendant le festival.
    Ce fut pourtant et sûrement le moment le plus éthique de tout le festival!
    Mais quand les people, les médias, les politiques vont-ils montrer un peu d' intérêt envers les maltraitances faites aux animaux par les humains??? Jamais???

  • avatar
    counoel -

    tans pis pour"RODIN je resterais a regardais mon taleau comme l'audience de 3RUQUIER" qui est tombé au plus bas ,a cause des beaux jours,ses spectateurs sont restés dans leurs jardin ,a la fraiche a tailler leurs rsiers et retirer la mauvaise herbe,c'est drole je viens de me reveiller ,car je revais qque je parlais au telephone a ce brave RUQUIER juste pour assister a son emission et lui faire son eloge,bon je vais pisser et me rendormir

  • avatar
    taichichuan -

    J'ai rien à dire, c'est juste parce que Orange me demande de "réagir" au moins une fois pour prolonger la validité de mon pseudo... Alors voilà, je réagis... Oui je sais, c'est débile... C'est Orange, quoi !!!

  • avatar
    charov -

    Dommage pour " Rodin ", mais " Turner " n' avait rien obtenu à Cannes et

    pourtant c'est un film magnifique. Merci aux équipes de la Télévision du Festival de Cannes. La Palme d' or à la jolie voix de Sophie .

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]