Le "corps insensé" de Zahia a attiré la réalisatrice d'Une fille facile

Le "corps insensé" de Zahia a attiré la réalisatrice d'Une fille facile©Julian Torres/Les Films Velvet, DR

Solène Filly, publié le 15 mai

Sélectionné pour la Quinzaine des Réalisateurs, "Une fille facile" sera présenté à Cannes le 20 mai 2019. Au casting ? Zahia Dehar qui n'a pas eu de mal à séduire la réalisatrice Rebecca Zlotowski.

La sélection de la Quinzaine des Réalisateurs est éclectique cette année puisqu'elle s'ouvrira sur l'obsession de Jean Dujardin pour son blouson en daim et se clôturera avec "Yves", film dans lequel William Lebghil donne la réplique à un réfrigérateur intelligent. Mais un autre long-métrage très attendu de cette sélection est "Une fille facile", puisqu'il s'agit du premier grand rôle de Zahia au cinéma. Alors qu'il sera présenté le 20 mai prochain sur la Croisette, la réalisatrice, Rebecca Zlotowski, s'est entretenue avec LeMonde sur son choix de confier l'un de ses personnages à l'ancienne escort-girl.

Une prise de contact sur Instagram

"J'avais le désir de personnages solaires, érotisés, je sortais d'une année assez dure...", a d'abord expliqué la cinéaste qui signe ici son 4e long-métrage. Et de continuer : "Zahia attirait ma sympathie : ce corps insensé, son silence, son arabité, cette surféminité, son trajet de transfuge social." Mais c'est la mannequin et créatrice de lingerie qui a, en premier, contacté la réalisatrice : "Via Instagram - cela m'a surprise, je ne suis pas si connue."

Le charme a alors tout de suite opéré : "Quand je l'ai entendue parler, j'ai pensé à un personnage de Rohmer. C'était 'La Collectionneuse' (film sorti en 1967, ndlr), avec le vécu d'une Kim Kardashian." Avec "Une fille facile", Rebecca Zlotowski a indiqué vouloir montrer une femme sûre d'elle : "La perversité ne m'intéresse pas. La séduction, oui. Les rapports de pouvoir, de puissance, de domination, oui... De destin."

Les commentaires sont désactivés pour cette page.